Mélancolie

Croasse ta mélancolie sous peine d’en être flagellé par sa vive jeunesse ! Protège-toi de son triste bout de lame et larmoie tant que tu y seras, là sous sa pleine !

Et assouplie donc cette sombre fibre au moment où elle te serre pour la tordre une fois que tu l’auras débectée, éclaire-toi de ses prismes aux multiples facettes, car qui donc s’en amuse s’empoisonne à sa paresse, te frissone de sa léthargie, empoisonne ton sens aguerri, alors plaide non coupable quand son heure sera venue…

Parade et fête l’entourloupe, fictive et momentanée de cette mélancolie au combien mal maitrisée !

Guillemette TILLAUD

 

%d blogueurs aiment cette page :