Champs de ruines

Crois-tu te libérer de tes ordres, petite vaniteuse espiègle?

Sommes toutes décisions âprement prises sous l’effet d’une substance de ta vermine, l’idée de ruine ?

Abats ce regard, fends-le de ta jouissance haineuse, noirâtre et brutale, corrèles-y tes spasmes de vomissures lyriques, écueille ces ombres de porcelaine, fragiles, hostiles à ta verbe magnifique !

Marche sur la paille et dégage vilement de ce champs de ruines.

 

Guillemette TILLAUD

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :